machine-vapeur-Schneider-3

Les machines à vapeur

Contrairement aux locomotives diesel, qui démarrent comme une voiture, les locomotives à vapeur nécessitent une longue mise en pression. Il faut que leur énorme masse chauffe uniformément pour
éviter les dilatations destructrices. Les bénévoles doivent venir 4 heures avant le départ pour allumer le feu dans la chaudière et l’alimenter doucement en bois puis en charbon pour faire monter la température progressivement. Lorsque la température est uniforme et que la pression de vapeur atteint 11 bars, on peut enfin demander de la puissance de traction. C’est pourquoi les locomotives à vapeur ne peuvent être mises en tête des trains qu’à partir de 11h00 le matin. De même, le soir, il faut laisser tomber le feu et les nettoyer avant de pouvoir rentrer chez soi… Elles sont donc arrêtées à partir de 17h00.

De plus ces engins ont terminé leur service actif et ont été retirés de la circulation par leur exploitant autour des années 1945. Ce sont donc des locomotives qui doivent leur seconde vie à une restauration soigneuse par des bénévoles passionnés qui sont fiers de vous les faire rouler. Ces restaurations sont réalisées avec le concours et sous le contrôle des monuments historiques pour les matériels classés.

Cela représente beaucoup de main d’œuvre (en moyenne 4 ans et 100000 Euros par locomotive). N’hésitez pas à adhérer à notre association pour soutenir notre travail et à nous rejoindre si vous
vous sentez de nous aider. Certains de nos adhérents viennent de loin et passent une semaine par an, logés par l’association.
Nous sommes environ 140 adhérents et nous aussi accueillons des membres d’autres trains qui ont des difficultés à rouler et qui viennent faire rouler leur matériel sur notre ligne.

HENSCHEL 030T – Vapeur

Constructeur : HENSCHEL
Agréé STRMTG : Oui
Classé monument historique : Oui

État : En service
Mise en service : 1912
Arrivée à Chaillevette : 1984
Propriétaire : Trains & Traction
Remise en service : 2015

Japy fut une dynastie industrielle fondée en 1777, qui acheva un parcours hors du commun en 1979, date de sa mise en liquidation. Nombreux sont ceux qui se souviennent de la fameuse machine à écrire Japy. C’est en 1912 que les usines Japy de Fesches-le-Châtel (Doubs) se firent livrer la locomotive Henschel type 030T, construite à Cassel en Allemagne.
Henschel était alors l’un des plus gros fabricants mondiaux de locomotives à vapeur.

Notre locomotive se fatigua peu sur l’embranchement industriel Japy, où elle tractait les trains de matières premières qui arrivaient, les wagons de casseroles émaillées, de pompes, de machines à écrire, de moteurs à essence ou encore de pièces mécaniques pour Peugeot. Bref, Japy avait une production abondante et très variée. Entre 1915 et 1940, notre locomotive a tracté des convois chargés de casques pour équiper les armées.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle fut confisquée par l’ennemi. Le conflit terminé, elle put revenir dans l’usine en 1946. Elle cessa son activité en 1966, et fut vendue la même année à un ferrailleur, à Audincourt, dans le Doubs. Roger Bras d’Espalion, un amateur averti, la remarqua et l’acheta pour compléter sa collection. En 2008, l’association Trains et Tractions en fit l’acquisition. Elle arriva à Chaillevette en 2010.
En 2015, après 49 ans de sommeil, la Henschel a repris vie.

machine-vapeur-Henschel
machine-vapeur-Schneider-3

SCHNEIDER N°3 « Progès » – Vapeur

Constructeur : SCHNEIDER le Creusot

Agréé STRMTG : Oui
Classé monument historique : Oui

État : En service
Mise en service : 1891
Poids en ordre de marche : 26T
Puissance : 350 Ch
Arrivée à Chaillevette : 1984
Propriétaire : CG 17
Remise en service : 2004

La locomotive Schneider 030 T a été fabriquée par les Établissements Schneider du Creusot en 1891. Faisant partie d’une série de 4 locomotives identiques, elle porte le N° 3. La 030 T a roulé pendant plus de 60 ans sur le réseau de la « Société des Chemins de fer de St Victor à Cours ».
Elle assurait des circulations sur la ligne de 13 km entre St Victor (42) et Cours (69). Le 15 avril 1961 marque l’arrêt de l’exploitation vapeur et le dernier train roulera sur cette ligne le 31 janvier 1969 .

À la fermeture du réseau les machines n°3 et 4 sont rachetée par un récupérateur amoureux des belles choses, Mr Gouverneyre de Chambost-Alliere. Elles passeront 14 ans chez lui dans un hangar à l’abri des intempéries.
En 1981 le Chemin de Fer Touristique de la Seudre, qui vient de se créer, cherche une locomotive à vapeur pour assurer la traction de ses trains. L’association rachète les deux locomotives en 1983. Si la N° 3 est toujours à Chaillevette, la N° 4 « Trambouse » est aussitôt revendue à un collectionneur d’Espalion, Monsieur Bras, pour financer les premiers travaux sur la N° 3.

Ses héritiers la vendront en 2008 au Chemin de Fer Touristique du Haut Quercy . Il faudra attendre encore vingt longues années pour voir la N°3 « Progrès » rouler de nouveau en tête d’un train. Depuis 2008, après GRG, TRAINS & TRACTION assure avec elle les circulations vapeur de mai à septembre sur la ligne.